Catégories
Prévention & conseils

PRÉVENIR LES MALADIES RESPIRATOIRES CHRONIQUES

Nos poumons sont sensibles et ils sont sous la menace constante de facteurs héréditaires, de la pollution de l’air, des solutions nettoyantes, de la cigarette, et des troubles du sommeil et de la position assise. Certains facteurs de risque demeurent inévitables, mais quelques connaissances et pratiques élémentaires de prévention peuvent aider à ne pas tomber dans la défaillance de son système respiratoire.

Conseils et techniques pour garder vos voies respiratoires en excellente condition :

NE PAS FUMER :

Fumer endommage vos poumons et accroît votre risque de diverses maladies comme le cancer du poumon et la bronchopathie obstructive chronique. Cela est dû au fait que la combustion de la cigarette libère dans vos poumons des substances nocives (toxines et carcinogènes). Si vous n’avez jamais fumé, ne commencez pas. Si vous fumez, il n’est jamais trop tard pour arrêter. Renseignez-vous sur les méthodes pour arrêter de fumer, y compris les nombreux médicaments et programmes efficaces d’abandon du tabagisme.

EXPLIQUEZ AUX ENFANTS QUE FUMER EST MAUVAIS :

 Assurez-vous que les enfants comprennent les dangers du tabagisme et montrez l’exemple en ne fumant pas ou en vous engageant à arrêter.

ÉVITEZ LA FUMÉE PASSIVE:

Respirer la fumée de cigarette et de pipe augmente votre risque de développer les mêmes maladies que les fumeurs. Ne laissez personne fumer dans votre maison, votre voiture et votre milieu de travail. Éloignez-vous également des vapeurs résiduelles de tabac qui adhèrent aux murs et aux meubles et qui se combinent à des polluants de l’air intérieur pour former des composés néfastes pour les poumons. Nettoyez vos tapis. Demandez des chambres d’hôtel non-fumeurs.

LAVEZ-VOUS LES MAINS :

Lavez-vous les mains vigoureusement avec du savon et de l’eau plusieurs fois par jour pour éliminer les germes et prévenir la plupart des maladies respiratoires communes qui se propagent par les mains.

COUVREZ VOTRE BOUCHE LORSQUE VOUS TOUSSEZ :

Pour freiner la propagation de germes, couvrez votre bouche et votre nez avec un mouchoir lorsque vous toussez ou éternuez. Évitez les foules en saison de pointe du rhume et de la grippe, dormez suffisamment, mangez sainement et contrôlez votre niveau de stress.

CONVERTISSEZ VOTRE FOYER :

La matière particulaire de la fumée de bois et de déchets peut endommager sérieusement vos poumons. Si possible, optez pour un poêle à gaz ou à bois plus propre, ou installez un foyer électrique ou à gaz.

FAITES MAISON NETTE :

Les assainisseurs d’air, les moisissures, les squames d’animaux et les matériaux de construction sont tous des problèmes potentiels. Aérez lorsque vous cuisinez et ne pas trop utiliser les produits en aérosol comme les fixatifs pour cheveux, les insecticides, les désodorisants. Renseignez-vous sur la pollution de l’air intérieur et sur les manières de réduire votre exposition.

PORTEZ UN MASQUE SI NECESSAIRE :

Des travailleurs pourraient être exposés à une quantité excessive de poussières, d’émanations, de fumée, de gaz, de vapeurs ou de pulvérisations dans leur milieu de travail. Une mauvaise ventilation, des espaces clos et la chaleur accrue sont d’autres causes possibles de maladie. Évitez de respirer les vapeurs toxiques des produits chimiques, solvants et peintures. Portez un masque protecteur lorsque vous travaillez avec des produits chimiques et signalez toute condition de travail non sécuritaire. Participez au dépistage pulmonaire et aux autres programmes de santé offerts par votre employeur.

PARLEZ À VOTRE MÉDECIN :

Consultez votre médecin si vous avez un essoufflement, une douleur à la respiration, des étourdissements en changeant d’activité, une toux persistante, une respiration sifflante, ou une toux sans faire d’exercice, ou encore une douleur aux voies respiratoires. Si vous avez une maladie pulmonaire chronique comme l’asthme, collaborez avec votre médecin à gérer les symptômes et poussées.

PRATIQUEZ DE L’EXERCICE PHYSIQUE :

Soyez actif 30 minutes par jour pour alléger le fardeau des poumons et accroître l’efficacité du transport de l’oxygène et du métabolisme. Faites le tour du quartier, parcourez votre quartier à vélo ou courez un peu sur place.

VÉRIFIEZ LA QUALITÉ DE L’AIR :

Les personnes atteintes de maladies pulmonaires chroniques doivent porter une attention particulière au taux de pollution de l’air causé par les particules fines — de minuscules particules solides ou liquides —, dans l’environnement, et limiter leurs activités extérieures lorsque ce taux est élevé.

NE LAISSEZ PAS VOTRE MOTEUR TOURNER AU RALENTI :

Faites votre part pour réduire l’air vicié et éteignez votre moteur lorsque vous restez sur place plus de dix secondes.

FAITES-VOUS VACCINER :

Cela est particulièrement important si vous avez une maladie pulmonaire et même si vous êtes en bonne santé.  Voir avec son médecin les vaccins à faire pour renforcer ses défenses. Si vous avez une importante maladie pulmonaire ou que vous avez plus de 65 ans, le vaccin contre la pneumonie est également recommandé.

Catégories
Prévention & conseils

Comment éviter le Diabète ou le maîtriser

En un siècle, nos styles de vie ont radicalement changé et souvent nous avons délaissé de bonnes pratiques pour en adopter de moins bonnes, souvent imposées par l’industrialisation…Les effets pervers de cette industrialisation a touché même les pays pas très développés. Elle est synonyme de stress, de fast-food et de sédentarité, qui sont autant de facteurs de risque dans le développement du diabète de type 2 et de complications des diabètes de type 1 et 2.

Que vous soyez atteint ou non, adopter un mode de vie sain peut diminuer le risque d’apparition de la maladie ou en limiter les complications. Selon votre état de santé et le type de diabète qui vous affecte, une médication (insuline, comprimés, etc.) peut être utile. Toute personne atteinte de diabète peut aujourd’hui mener une vie normale en gérant au mieux sa condition, grâce à quelques ajustements au quotidien.

1) Adopter un régime alimentaire équilibré
Il n’existe pas à proprement parlé de « régime pour personne diabétique » mais plutôt des conseils d’hygiène alimentaire profitables à tous. Grâce à une alimentation équilibrée, vous pourrez contrôler votre glycémie (taux de sucres dans le sang) mais également stabiliser votre poids et servir d’exemple à l’ensemble de votre entourage.

Pour atteindre cet objectif :

Réduisez la quantité de graisses dans votre alimentation en limitant son usage pour cuisiner. Préférez les aliments grillés, bouillis ou cuits à la vapeur aux aliments frits ;
Évitez les sucreries type gâteaux, biscuits ou bonbons ;
Mangez moins de sel, et préférez d’autres exhausteurs de goût comme les herbes, les épices ou le citron, faites attention aux plats préparés ;
Limitez votre consommation d’alcool ;
Ne sautez pas de repas, veillez à manger à heures régulières et évitez le grignotage.

2) Pratiquer une activité physique régulière
Nos modes de vie moderne ne favorisent pas l’exercice physique. Cédant à une vie trop sédentaire, la balance entre la consommation des sucres contenus dans le sang et leur stockage penche trop souvent du mauvais côté. Une activité physique régulière permet d’abaisser la quantité de sucre dans le sang et d’améliorer l’action de l’insuline.

Pour tirer un maximum de bénéfices d’une activité sportive :

Choisissez une activité sportive qui vous motive et que vous pourriez pratiquer en compagnie ;
Préférez les escaliers à l’ascenseur ;
Privilégiez les promenades après les repas ;
En transports en commun, descendez une station avant votre destination finale et marchez un peu ;
Faites la même chose en garant votre voiture quelques mètres avant votre rendez-vous.
Si vous êtes inactif(-ve) depuis longtemps, parlez à votre médecin de votre projet de reprise du sport.

3) Eviter le stress
Le stress peut être un facteur important de déclenchement du diabète. Afin de le limiter, veillez à ne pas négliger votre vie sociale et à vous détendre avec des amis ou en famille. Si vous êtes d’une nature angoissée, apprenez à gérer votre stress.

4) Arrêter le tabac
Le tabac est un facteur de risque désormais connu du diabète. Il induirait une insensibilité à l’insuline; le tabac a tendance à induire une sécrétion accrue de catécholamines au niveau des surrénales, or ces hormones ont un effet hyperglycémiant. Il augmente également le risque de complications en cas de diabète. Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer, il suffit de trouver la méthode qui vous correspond.

5) Surveiller son poids
Le surpoids, particulièrement un excès de graisse abdominale, est également un facteur de risque de diabète, ainsi que de nombreuses maladies. Perdre quelques kilos en cas d’excès de poids voire d’obésité peut être très bénéfique pour votre santé.

Pas de panique, si vous optez pour un mode de vie sain avec une alimentation équilibrée et que vous réintégrez le sport à vos habitudes, la perte de poids se fera automatiquement. Pas la peine de s’infliger un régime draconien que vous ne tiendrez pas sur le long terme. N’hésitez pas à vous faire suivre par un nutritionniste si vous ne savez pas par où commencer.


Certaines personnes sont plus à risque que d’autres. On l’a vu, une alimentation déséquilibrée, un manque d’activité physique, le tabagisme sont des facteurs de risque modifiables. D’autres en revanche ne le sont pas. C’est le cas :

De l’âge (il y a plus de risque après 40 ans) ;
Des prédispositions génétiques (si un membre de la famille est atteint de diabète) ;
Des antécédents (diabète gestationnel, accouchement d’un bébé de plus de 4 kilos).
Une surveillance médicale régulière et une action sur les facteurs de risque modifiables permettent de diminuer les risques ou du moins prendre en charge rapidement et efficacement la pathologie.

Connaître les signes d’alerte et ne pas hésiter à consulter.
Si le diabète reste longtemps silencieux, certains signes doivent alerter. Bien les reconnaître permet de réagir vite et d’éviter les complications. Ainsi, une soif intense, une envie fréquente d’uriner, une fatigue et un manque d’énergie, une difficulté de cicatrisation, une vision floue…

Si vous ressentez un ou plusieurs de ces signes, consultez un médecin pour un bilan de santé. Un simple test sanguin et/ou urinaire permettra de vous rassurer ou au contraire de commencer un traitement en cas de diabète.

Faire attention à certaines pathologies :
Certains problèmes de santé favorisent la survenue du diabète de type 2. Il s’agit de l’hypertension artérielle, d’un taux élevé de cholestérol ou de triglycérides dans le sang. Si cela est votre cas, veiller à être bien suivi(e) par votre médecin et à rectifier le tir rapidement grâce aux traitements ou conseils d’hygiène de vie que l’on vous prescrira.

Être vigilante en cas de désir de grossesse
Les femmes enceintes peuvent souffrir d’un diabète gestationnel et ce dernier augmente les risques de développer un diabète de type 2 par la suite. La prévention du diabète gestationnel se fait surtout en amont de la grossesse en adoptant un mode de vie sain et en pratiquant une activité physique.

Certaines femmes sont néanmoins à risque (antécédent de diabète gestationnel ou antécédents familiaux de diabète, accouchement d’un bébé de plus de 4 kilos, grossesse après 30 ans…), elles doivent alors être dépistées à temps et suivie pour ce diabète afin d’éviter les complications pour la maman comme le fœtus.

Un diabète quel qu’il soit est une affection qui peut être équilibrée, maîtrisée et permettre une vie une vie tout à fait normale, à condition d’adopter une hygiène de vie adaptée.

Dr Falilou

Catégories
Actualités Prévention & conseils

Coronavirus et maladies chroniques

En cette période de pandémie COVID 19, il est ressorti de toutes les études, que les personnes les plus touchées sont les personnes âgées et celles qui présentent des maladies chroniques telles l’hypertension, le diabète, le cancer, les maladies respiratoires de longue durée, bien sûr si ces maladies ne sont pas contrôlées, ou pas équilibrées.

Il est alors important que les personnes souffrant de ces pathologies mettent encore plus de rigueur dans le contrôle de leur maladie et le suivi du traitement.

Si vous avez des personnes âgées votre entourage qui luttent contre ces maladies chroniques, aidez les à se soigner ou à bien respecter les posologies et les contrôles médicaux.

Catégories
Prévention & conseils

Que faire pour éviter les maladies chroniques

Comment augmenter ses chances de ne pas être atteint de maladies chroniques dans la vie contemporaine où le stress est quasi permanent et où la facilité de malbouffe a occulté les règles d’une bonne hygiène alimentaire? Voici quelques règles:

Avoir une activité physique régulière
Contrôler son poids
Diminuer aliments sucrés, aliments industriels, sel, sucre et graisses
Avoir une alimentation riche en fruits et légumes
Manger plus souvent du poisson
Manger lentement et mâcher longtemps
Contrôler régulièrement glycémie et tension artérielle

Se faire dépister régulièrement si le risque d’avoir une maladie non transmissible existe dans la famille

Faire un bilan général tous les ans a partir de 45 ans.

Eviter au maximum l’alcoolisme et le tabac.

Catégories
Prévention & conseils

Les méfaits des cubes sur la santé

Les cubes industriels contiennent du sel, de la maltodextrine et du glutamate monosodique. Utilisés pour donner plus de goût aux plats, plusieurs de leurs ingrédients sont mauvais pour la santé et la tension artérielle. Selon les spécialistes de santé, les bouillons de cubes et arômes seraient à l’origine de plusieurs pathologies non transmissibles comme l’hypertension artérielle avec ses complications, accident vasculaire cérébral, troubles du cœur, insuffisance rénale. Ces maladies sont très souvent liées aux mauvaises habitudes alimentaires et à la sédentarité.

Les cubes sont pourtant très simples à faire à la maison. Avec des ingrédients naturels, tels le sel, le citron, l’huile d’olive, les crevettes séchées, le soumbala, les épices, l’ail, les herbes fraîches, on peut en confectionner de très bons et très sains.

Il y va de la santé de toute la famille.

Catégories
Prévention & conseils

La prévention, essentielle dans les MNT

La mauvaise nouvelle avec les MNT est qu’elles sont de longue durée et très souvent les traitements et la surveillance sont à vie. La bonne nouvelle, c’est qu’une hygiène de vie saine, un suivi régulier, un traitement adapté permettent une vie tout a fait normale, avec des risques de complications amoindries. Les complications quand elles surviennent peuvent être assez graves, allant de l’accident vasculaire cérébral (AVC) à l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance rénale.

Même s’il n’existe pas des antécédents dans l’entourage, même si on est jeune, il est bon de contrôler régulièrement ses chiffres tensionnels et glycémiques. Plus le diagnostic est fait précocement, plus la santé est préservée.